La digitalisation des services financiers: simple innovation technologique ou véritable  révolution ?

  • 0

La digitalisation des services financiers: simple innovation technologique ou véritable  révolution ?

Category : Presse


La vaste prolifération des données ne cesse de réformer la façon dont les industries opèrent, et semble être devenue la pierre angulaire de la compétitivité dans de nombreux domaines. C’est un véritable changement de paradigme auquel de nombreuses entreprises font face, les données étant présente dans un nombre toujours croissant de domaines et dans des quantités de plus en plus importantes. Réussir à donner de la valeur à ces données représente un enjeu majeur dans beaucoup de marchés.

Ce que l’on appelle aujourd’hui le Big Data peut représenter un avantage compétitif très important s’il est correctement exploité.

En particulier, la digitalisation des services financiers a introduit la problématique de l’utilisation de ces données au sein de la finance. L’industrie financière est aujourd’hui inondée par les données. L’explosion des informations bancaires échangées par les clients et la multiplication des données utilisées sur les marchés financiers, conjointe à une augmentation des capacités de stockage et de calculs, expliquent l’engouement de la finance pour le Big Data et ses algorithmes.

Concernant la banque de détail, le Big Data permet d’améliorer les stratégies marketing, ce qui, au sein du contexte actuel d’une clientèle volatile, est un avantage compétitif conséquent. En effet, l’analyse des données d’un client permet d’anticiper ses besoins et ses comportements (analyse prédictive), et la banque est alors plus à même de proposer des produits adaptés à chacun de ses clients.

L’outil Big Data permet alors de rationaliser les processus comme le montage de prêts en modernisant les outils de scoring des clients. Associées aux données financières classiques, les données sociales et comportementales fournissent une image plus complète du futur emprunteur et une évaluation plus précise du profil de risque de ce dernier.

Pour la banque d’investissement, un exemple marquant de cette utilisation des données sont les différents algorithmes automatiques de trading. Ces derniers utilisent de vastes bases de données, retraçant par exemple le comportement de certaines actions, en parallèle de modèles mathématiques complexes afin de maximiser le rendement de portefeuilles. Les outils Big Data favorisent ainsi l’optimisation des stratégies de trading : de la maximisation de la rentabilité à la minimisation d’exposition au risque.

L’entreprise française Quantcube a même lancé le premier indice financier basé sur l’analyse de données structurées et non structurées le 31 décembre 2013. Cet outil sélectionne les 10 groupes sur lesquels les investisseurs peuvent miser sans prendre trop de risques. Il analyse leur réputation sur les réseaux sociaux, mais se base aussi sur la météo, les informations de la presse en ligne, l’achat/vente de produits des sociétés étudiées sur eBay ou Leboncoin. L’indice, accessible sur le site de la startup, évolue en direct en fonction du traitement de ces data.

Ceci n’est pas la première conséquence de la digitalisation des marchés financiers. Dans les années 1990, le début de la cotation électronique et le suivi en temps réel des comptes courants et des crédits permanents ont permis aux traders l’accès à l’analyse d’une toute nouvelle quantité de donnée. Il semble clair, vingt ans après, que ce fut une révolution au sein de la finance et non pas une simple innovation technologique.

Qu’en sera-t-il de cette nouvelle rupture technologique que représente le Big Data ?

En dépit de l’engouement du monde de la finance pour le Big Data, de nombreux challenges doivent encore être surmonté pour le placer au rang de révolution de la finance. La récolte de données non structurées (sur les réseaux sociaux par exemple) doit prendre en compte les lois sur la protection de la vie privée.

Il semble que l’adoption du Big data par les services financiers est un processus irréversible qui va remodeler complétement cette industrie.

 

 

Sources :