BREXIT, Les banques vont-elles fuir le RU?

  • 0

BREXIT, Les banques vont-elles fuir le RU?

Category : Presse


Anthony Browne, le directeur générale du lobby bancaire
 « British Bankers’ Association » a affirmé que suite au BREXIT, les grandes banques installées au Royaume-Uni sont prêtes à transférer certaines de leurs activités à l’étranger à partir de début 2017.

D’après Anthony Browne, les grandes banques se préparent à déménager au cours des premiers mois de 2017 tandis que les petites banques font des plans pour sortir avant Noël.

Les banques internationales Craignent les conséquences d’un BREXIT difficile qui peut mettre en cause les principaux avantages de la place financière britannique.

En effet, la City pourrait perdre son passeport européen qui permet aux institutions financières basées à Londres d’offrir des services financiers aux entreprises et aux particuliers des différents pays de l’UE.

Si cet accord bancaire est remis en question, le Royaume-Unis perdra ce privilège. Dans ce cas, toutes les grandes banques mondiales qui se sont implantées uniquement à Londres risquent une perte au niveau de leurs chiffres d’affaires et une baisse significative de leurs activités puisqu’elles n’ont pas une présence physique importante sur le reste du continent européen.

Le directeur de « British Bankers’ Association » confirme cette idée: « Il y a un consensus sur le fait que le marché financier intégré de l’UE est l’une de ses plus grandes réussites, mais ce système est désormais menacé par le Brexit. »

Incapables de prévoir les conséquences réglementaires et juridiques de ce changement de situation, la plupart des banques internationales ont mobilisé des équipes qui travaillent sur l’impact du Brexit et sur la délocalisation des activités du Royaume-Uni afin de continuer à exercer leurs activités dans les autres pays européens.

En effet, Goldman Sachs a élaboré un plan pour transférer environ 2.000 de ses employés vers une autre ville européenne. De même, HSBC a prévu de transférer 20% de ses effectifs à Paris.

« TheCityUk »  a estimé que 70.000 emplois pourraient être perdus si la City de Londres perd son passeport européen.

 

 

 

Sources :